Lorsque vous allez voir un médecin spécialiste pour une maladie auto immune, il y a quasiment aucune chance (ou si peu) pour qu’il vous conseille d’éliminer certains aliments de votre alimentation. En cas de maladie d’Hashimoto par exemple, il vous prescrira du Levothyrox®, et là s’arrêtera le traitement de votre thyroïdite de Hashimoto. Ce n’est pas une critique, il n’a pas appris lors de ses études ce que je vais vous dire plus loin.

Mais enfin, pourquoi est-ce que je vous parle d’hypothyroïdie au milieu d’informations concernant les problèmes gastro intestinaux et le SIBO ?

Eh bien parce que le mauvais fonctionnement de la thyroïde peut affecter toutes les cellules de l’organisme, y compris celles du tractus intestinal.

L’hypothyroïdie peut réduire l’activité dans le système digestif, ralentissant le complexe moteur migrant qui déclenche le péristaltisme. Le CMM permet le passage du contenu complet de l’estomac vers le duodénum. L’intestin est ensuite le siège de contractions ordonnées et migrantes.

Dans la maladie de Hashimoto, il se produit une attaque sur la glande thyroïde par le système immunitaire lui-même, responsable du déséquilibre hormonal (hypothyroïdie)

Les intolérances alimentaires sont un grand déclencheur de maladie de Hashimoto ainsi que d’autres maladies auto immunes.

Les aliments incriminés sont

  • Du gluten
  • Des laitages
  • Du soja
  • Des céréales
  • Des solanacées (pommes de terre, tomates, aubergines, poivre..)
  • Des oléagineux
  • Des graines

Rôle des sensibilités alimentaires dans la maladie de Hashimoto

 

Les déclencheurs principaux dans la maladie de Hashimoto sont :
  • Des déficiences nutritionnelles
  • Des sensibilités alimentaires
  • Une perméabilité intestinale (intestin poreux)
  • Le stress
  • Des difficultés à se débarrasser des toxines et dans certains cas des infections
Les sensibilités alimentaires ne sont pas des allergies alimentaires.
  • Les allergies alimentaires sont provoquées par la branche IgE du système immunitaire et vont survenir quasiment immédiatement, quelques minutes seulement après la consommation de l’aliment incriminé. La personne peut subir un choc anaphylactique, de l’urticaire avec gonflement, des difficultés à respirer, ce type de réaction peut engager le pronostic vital.
  • D’un autre côté, les sensibilités alimentaires sont provoquées par une autre branche du système immunitaire, les IgG. Ces réactions peuvent survenir jusqu’à plusieurs jours après la consommation des aliments incriminés et peuvent être :
    • Reflux acides
    • Gonflements
    • Intestin irritable
    • Palpitations
    • Anxiété
    • Maux de tête
    • Picotements

Certains aliments déclenchent une réponse inflammatoire dans l’intestin, ce qui mène à une mauvaise absorption des nutriments (la sensibilité au gluten est impliquée en cas de déficience au sélénium qui est un facteur de risque bien connu de la maladie d’Hashimoto) et peuvent également mener à la perméabilité de l’intestin chaque fois qu’ils sont consommés.

  • Beaucoup de personnes verront une amélioration significative de leurs symptômes digestifs, neurologiques, de leur peau et de la douleur, en éliminant les aliments auxquels ils sont sensibles.
  • Certains verront également la réduction de leurs antis corps.
  • D’autres obtiendront une rémission complète.
  • D’autres auront besoin d’aller plus loin, de rechercher des infections, des toxines, du stress.

Par exemple si un intestin poreux est provoqué par une infection comme des parasites, il faudra alors pour guérir l’intestin non seulement se débarrasser de l’infection mais également de ne plus consommer les aliments qui le font réagir pendant au moins 3 à 6 mois, voire plus.

Vous trouverez le plan alimentaire du régime par élimination et de la réintroduction (Auto Immune Paléo)  dans mon Protocole Naturel Pour une Santé Intestinale Optimale.

Pin It on Pinterest

Share This